Je viens tout juste de revenir des Antilles où j’ai assisté à un mariage.

J’étais censé y rester une dizaine de jours et à cause d’un imprévu j’ai fini par y rester un mois.

C’était la première fois que je travaillais aussi longtemps hors du pays, et malgré l’éloignement, les opérations ont fonctionné comme si je n’étais jamais parti.

Ce mois a été très bénéfique et enrichissant personnellement et professionnellement. Voici ce que j’ai réussi à faire tout en gérant notre masse de travail:

  • Profiter de mon séjour malgré la masse de travail
  • Aider à un ami à organiser un événement
  • Passer une journée avec un champion du monde de football (soccer)
  • Passer beaucoup de temps avec ma famille
  • Faire du sport
  • Vendre 4 sites web
  • Effectuer des réunions de début de projet
  • M’occuper de corvées administrative
  • Effectuer des réunion avec l’équipe
  • Effectuer des suivis

L’objectif de cet article est de partager ce que j’ai vécu ainsi que les enseignements tirés de mon voyage.

Leçon #1:  c’est difficile de travailler hors de sa zone de confort

Le 1er souci c’est que je n’arrive pas accès à un bureau avec une connexion internet haute vitesse.

 Deuxièmement, mes appels dérangeaient ma voisine de chambre (une travailleuse autonome qui avait besoin de silence pour se concentrer).  il fallait donc que je trouve un endroit où je pourrais effectuer un appel, ce qui était assez compliqué car la connexion internet n’est pas fiable à travers toute la maison.

J’ai fini par utiliser le bureau de notre hôte, qui était le fief d’un gang de moustique farouche.  en soit je mettais un pantalon pour le protéger des moustiques mais j’avais trop chaud pour travailler confortablement,  soit je restais en short et mes jambes brûlaient toute la matinée. 

Leçon #2: Ça coûte cher l’itinérance

J’ai connu des petits problèmes de communication  car j’avais du mal à appeler nos clients; Skype et WhatsApp ne fonctionnaient que si j’étais proche du routeur Internet. 

De plus, la qualité des appels n’était pas très fiable.

 J’ai tenté d’acheter un routeur mobile local  qui pouvait me suivre partout, mais il fallait acheter un forfait!

J’ai aussi acheté une carte SIM locale  son succès ( le téléphone était bloqué par mon fournisseur).

Finalement, j’ai décidé d’accepter de payer des frais d’itinérance de 12 $ par jour pour utiliser mon téléphone – ce qui m’a grandement facilité la vie.

Leçon #3: Certains clients n’aiment pas la distance

Malgré le fait que 99 % notre travail soit effectué sur Internet,  plusieurs clients m’ont indiqué qu’ils préféraient attendre que je revienne à Montréal pour continuer les projets.

Pourtant,  lorsque je suis à Montréal,  nous travaillons exclusivement par email ou par téléphone.

Un client m’a même avoué qu’il était jaloux du fait que j’ai l’air d’avoir du fun aux Antilles.

 

Leçon #3: Il faut se concentrer sur les tâches à valeur ajoutée

L’entreprise étant très importante pour moi, j’ai travaillé très fort pour que tout continue à avancer  normalement.

 Cependant, il fallait aussi profiter de la famille et des paysages.

Ceci m’a forcé à ne passer du temps que sur les tâches à très haute valeur ajoutée.

Quand on y réfléchit bien,  il n’y a que trois tâches à très haute valeur ajoutée:

  • Prospection
  • Développement des affaires
  • Branding

J’ai donc travaillé d’arrache-pied sur la prospection, les appels de vente,  et la création de contenu.

Tout le reste a été délégué à notre équipe ou à nous outils:

  • Entrée de données dans notre CRM
  • Rédaction d’offres de service
  • Communication email  avec les clients
  • Organisation de rendez-vous
  • Conception de site web
  • Création de rapports

 En seulement 3 à 4 h de travail par jour,  j’ai été capable gérer l’entreprise à distance!

Donc j’ai travaillé très fort de 8h30 à 13h chaque jour 🙂

Ce que j’ai appris

Voici une liste des choses que j’ai appris en tant que “travailleur nomade”

  1. Ne plus prendre de projets/clients qui nécessitent mon intervention dans la production ou gestion de compte car ce genre de projets m’empêche de gérer l’entreprise (et me transforme en freelancer).
  2. Ne me consacrer qu’aux tâches à très haute valeur ajoutée pour l’entreprise (prospection, vente, branding).
  3. S’assurer d’avoir un bon forfait d’itinérance
  4. Internet est capital (je vais chercher un modem international)
  5. L’importance d’utiliser des processus
  6. L’importance d’avoir une équipe